Rechercher
  • Abbé Antoine Renoult

Éditorial : un mois d’octobre en trois dimensions

Dernière mise à jour : 15 nov.

Trois dimensions… Non celles de la géométrie, mais plutôt pour trois aspects qui vont marquer ce mois dans notre paroisse : le diaconat, les essentiels, et le rosaire.


Diaconat tout d’abord, avec l’accueil du désormais abbé Arnaud Marty, clerc de son état, configuré par l’ordination au Christ serviteur. Rendons grâce pour l’appel de Dieu auquel il a répondu généreusement, soutenu par son épouse et ses enfants. Arnaud portera désormais la dimension de service dans sa vie chrétienne, familiale, professionnelle, et paroissiale. Ce 25 septembre, Mgr Centène a formulé ainsi la mission qu’il confie à ce médecin : « Arnaud, je vous envoie comme diacre avec la mission de témoigner du Christ serviteur auprès des malades et des soignants, en lien avec le groupe de réflexion diocésain sur la bioéthique. Vous participerez à la vie paroissiale à Saint Patern à Vannes selon vos disponibilités. » Nous serons heureux de l’accueillir ce dimanche 2 octobre, et petit à petit de nous habituer à la place liturgique qui lui revient. Quelques articles de ce bulletin nous rappelleront le sens du diaconat permanent.


Essentiels ensuite, par l’objectif proposé cette année par le conseil missionnaire. Parmi les travaux d’évangélisation développés ces dernières années dans de nombreuses paroisses, figurent l’attention aux cinq essentiels. De quoi s’agit-il ? De cinq aspects de la vie chrétienne qui lui permettent d’avoir équilibre et rayonnement : prière, vie fraternelle, formation, service, évangélisation. Inspiré du témoignage des premiers chrétiens (Actes des Apôtres, ch. 2), ils sont le signe d’une paroisse en bonne santé ! Mais nous nous apercevons que tel ou tel de ces cinq aspects peut parfois manquer, tant à l’échelle de toute notre paroisse, que dans les différents groupes, services, et même à échelle personnelle. C’est pourquoi nous invitons chaque paroissien et chaque groupe, dès ce mois d’octobre, à découvrir ces cinq aspects, à s’interroger sur la place qui leur est donnée, et évaluer si certains ont tendance à manquer.


Rosaire enfin, car le mois d’octobre est consacré à cette prière. Paul VI le présentait « comme la synthèse de l’évangile ». Il est un tableau qui nous dépeint l’histoire du salut, à travers la joie de l’enfance du Christ, les douleurs de sa Passion et de sa mort, la gloire de sa Résurrection. Il nous montre comment la Sainte Vierge a œuvré à côté de Jésus dans sa vie, sa mort et ses glorifications. Le Rosaire est une prière qui plaît beaucoup à Marie. Il nous attire ses grâces, et nous entraîne à demeurer humble comme elle. A Fatima, à Lourdes et ailleurs, elle a insisté pour que le Rosaire soit récité. Chacun dans notre vie ordinaire, égrenons ces « ave » dès que nous en avons le temps. Nous pouvons aussi le dire ensemble à l’église chaque mercredi à 17h. Alors que de graves menaces pèsent sur le respect de la vie humaine jusqu’à son terme naturel, que nos prières touchent le cœur immaculé de celle qui aime tant notre pays.

174 vues0 commentaire