paroisse-saint-patern-vannes.jpg

SAINT PATERN

Contrairement aux autres évêques, fondateurs des diocèses de Bretagne, Saint Patern, n'a aucune origine bretonne. Et pourtant, il est toujours invoqué aujourd'hui pour obtenir la pluie...

Le premier Evêque de Vannes

Vers 465 se tint dans “ l'église de Vannes ” un concile de six évêques de la province de Tours. Parce que la nécessité (ou le besoin) d'ordonner un évêque pour l'église de Vannes nous a rassemblés,
“quoniam nos in ecclesia Venetica causa ordinandi episcopi congregavit.”

C'est ainsi qu'est libellée en latin la Note dans laquelle s'exprime le métropolite Perpetuus qui présidait ce Concile.

C'est dans cet écrit que l'on trouve la toute première mention du christianisme dans la cité des Vénètes.
Les canons de ce concile ont été conservés dans une lettre des évêques présents écrite à deux évêques absents, et, sous la signature de Perpetuus figure celle de Patern ainsi rédigée : “ Paternus episcopus subscripsi ”, ce qui signifie : “soussigné Patern évêque”.

Quelques éléments sûrs à propos de saint Patern

Son nom nous indique qu'il est Gallo Romain. Le Concile qui vient d'être évoqué avait pour objectif de fixer les limites du nouveau diocèse de Vannes et d'ordonner Patern comme premier évêque de ce lieu.

Le ministère épiscopal de Patern fut rude en raison des conflits latents qui opposaient les partisans d'un christianisme local de tradition celte et les partisans d'un christianisme plus gallo-romain. A ces tensions s'est ajoutée une vague d'immigration de Bretons venant de Grande Bretagne qui ne fit qu'aggraver la situation.
Mais dans ce contexte historique tendu, Patern fut un artisan d'unité, quoique mal compris des populations dont il avait la charge. Victime de dissensions très vives il fut contraint à démissionner et à s'exiler.

Il retira dans un ermitage en dehors de sa paroisse où il mourut un 15 avril, vraisemblablement en 475, dans l'oubli total.

buste

Saint Patern est invoqué pour obtenir de la pluie

Un siècle plus tard, une sécheresse implacable entraina une famine telle que les paroissiens de Vannes, ne sachant plus à quel saint se vouer, se souvinrent de Patern. Ils imputèrent ce fléau à une punition divine, pour l'avoir maltraité. Leurs prières furent excaucées et la pluie tomba. 
En reconnaissance, un des riches citoyens de la ville fit don d'une terre en proche faubourg sur la colline de Boismoreau, pour accueillir le corps de l'ancien pasteur exilé. On y construisit une église de bois qui préfigure l'église paroissiale d'aujourd'hui. C'est ainsi que le tombeau du fondateur de l'évêché ne repose pas en sa cathédrale, mais dans cette église Saint Patern bâtie sur le domaine offert dans ce but.

Quatre siècles plus tard, en 919, lors des invasions normandes, l'église fût incendiée. Les reliques de Patern, devenu saint entre temps, furent portées dans le Berry, en l'abbaye de Déols puis à Issoudun. 
Une partie en fut ramenée à la fin du XIIè siècle.

Naissance du pèlerinage à en l'honneur de Saint Patern

Au Moyen-Age l'église Saint Patern fût un centre de pèlerinage important.
Grâce à un registre mentionnant les dons des fidèles, on a pu estimer leur affluence à trente ou quarante mille personnes par an au cours du XIVe siècle. Les foules de pèlerins venaient s'incliner sur le tombeau de l'évêque fondateur.
Pendant les guerres de Cent ans, les pèlerinages se poursuivaient dans la ville occupée et les fidèles allaient de nuit à l'église, à la lueur des torches, bravant les barrages anglais.
En 1407, l'église fut frappée pour quelques temps d'interdit, car l'affluence des pèlerins avait considérablement enrichie la paroisse au détriment du chapitre cathédrale.
Plus tard, au XVe siècle, le pèlerinage fut en partie délaissé après le passage et surtout la prédication de saint Vincent Ferrier, qui fit de l'ombre au saint pontife.

SAINT PATERN AUJOURD'HUI

Des reliques de Saint Patern il ne reste que quelques osselets, la plus grande part ayant été dispersée pendant la période révolutionnaire. Elles sont conservées précieusement et placées dans un chef en forme de tête d'évêque couronnée de la mitre.

On peut voir dans l''église un ensemble de statues en bois massif représentant les sept évêques fondateurs. Patern y est représenté au centre, comme étant le plus ancien.

La cathédrale et l'église Saint Patern, sont lieux de pèlerinage du TRO BREIZH

Premier évêque du diocèse de Vannes, Saint Patern est aussi vénéré dans sa cathédrale parce qu'elle est “cathèdre de St Pierre apôtre ”.
C'est donc ensemble que nos deux paroisses honorent l'évêque Saint Patern.

La fête liturgique de Saint Patern

Patern est fêté le 15 avril ; une seconde fête, le 21 mai faisait mémoire de la translation de ses reliques.

C'est en 1964 que le Pape Paul VI a déclaré saint Patern patron du diocèse de Vannes (Lettre apostolique Armoricae regionis). Depuis la fête liturgique de Saint Patern est fixée chaque année au 15 avril. L'ancienne date du 21 mai qui faisait mémoire de la translation des reliques a été abandonnée.

relique

Homonymes

L'évêque Patern de Vannes est souvent confondu avec un autre Patern, dit aussi Padarn, (490-550) parce qu'ils ont un parcours similaire. Né en Armorique, ce dernier a émigré au Pays de Galles, puis en Irlande, avant de revenir fonder le monastère de Llanbardan, dans la région de Cardigan en pays de Galles. Il est toujours vénéré dans cette région. Il aurait même connu Samson, Magloire et Malo dont la tradition dit qu'ils auraient été cousins. Mais Il n'a jamais été évêque de Vannes. Ce second Patern est fêté le 23 septembre.
Patern de Vannes a été aussi parfois confondu avec un évêque d'Avranches du même nom.

Hymne ancien à Saint Patern

“Heureuse cité des Vénètes,
Chante aujourd'hui le protecteur que Dieu a placé à ta tête : 
Saint Patern, ton premier pasteur.
Ne regarde plus en arrière,
Oublie les légions de César.
Patern n'est pas homme de guerre 

La croix est son seul étendard. 
Dans tes murs, il bâtit l'Eglise.
Par l'Evangile du salut.
Il gagne les coeurs et baptise
Les croyants au nom de Jésus.
Avec la tendresse d'un père
Il ne connaît que le pardon

Et cherche à faire vivre en frères
Les deux peuples : francs et bretons.
Reste fidèle à la mémoire
De l'apôtre de tes aïeux,
Et saint Patern se fera gloire
De veiller sur toi près de Dieu.”

banière