top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAbbé Raphaël d'Anselme

Il vous faut naître d'en-haut

Le Bienheureux Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus (1894-1967), carme, fondateur de Notre Dame de Vie, fut un maitre dans la conduite de l'âme. Aussi écoutons-le :

« L'enfance spirituelle faite de pauvreté jalousement conservée était à la portée de Nicodème, cet homme considérable parmi les Juifs. Il pouvait la faire sienne, sans rien supprimer de ce qu'exigeaient son rang et l'exercice de ses fonctions, sans prendre les attitudes et un langage enfantins... Il devait la faire sienne, car pour renaître sous le souffle de l'Esprit, il faut être pauvre, confiant et dépendant en tout de Dieu. Ou plutôt, renaître n'est pas autre chose que devenir progressivement un enfant. Tandis qu'en effet, la génération dans l'ordre naturel, réalisée dans le sein de la mère, s'épanouit dans une séparation progressive jusqu'à ce que l'enfant puisse vivre sa vie indépendante et parfaite, la génération spirituelle se fait en sens inverse par une absorption progressive dans l'unité. Séparés de Dieu par le péché, nous sommes éclairés par sa lumière, pris dans les liens de plus en plus étroits de son amour, jusqu'à ce que, devenus de vrais enfants, nous soyons perdus en son sein, ne vivant plus que de sa vie et de son Esprit. « Ceux-là sont les vrais enfants de Dieu qui sont mus par son Esprit » (Rm 8,14), c'est-à-dire ceux qui, par leur pauvreté spirituelle et le dégagement d'eux-mêmes, ont perdu leurs opérations propres et sont entrés dans le sein de Dieu où leur vie et leurs mouvements dépendent en tout de l'Esprit qui engendre. Tel est le sens et la valeur de l'enfance spirituelle. Parfaitement réalisée, elle est déjà la sainteté. »


Dans ce mois de mai qui est le mois de Marie, ayons donc à cœur de bien la prier, elle qui nous a donné le Sauveur, qu’elle nous donne d’entrer vraiment dans cette enfance spirituelle, qui est l’expression d’une vie totalement remise à Dieu, dans un abandon et une vraie foi.


Elle l’a vécu en vérité, dans une foi pure et totale, elle devint alors l’humble servante du Seigneur. C’est donc notre chemin pour être les vrais apôtres que le Christ attend pour son Église aujourd’hui. De plus dans la tempête du monde actuel, Marie saura nous montrer le chemin du seul Sauveur qui soit : l’union au Christ Jésus.

99 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page