top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAbbé Frédéric Fagot

Éditorial : Que le Seigneur te bénisse et te garde !

Permettez-moi d’échanger avec vous mes vœux de sainte et heureuse année 2024 avec la bénédiction de Dieu promise à Moïse : « Que le Seigneur te bénisse et te garde... Que le Seigneur tourne son visage vers toi et t'accorde paix » (Nombres 6,24.26). Ce visage longtemps recherché par l'humanité, nous le contemplons aujourd'hui en Jésus, né et gardé par Marie, adoré par les bergers. Huit jours après sa naissance, avec la circoncision, Jésus entre dans l'alliance stipulée par Dieu avec Abraham, signe de la promesse faite aux pères et qui s'accomplit définitivement en Jésus. De cette façon, nous commençons une nouvelle année avec la conscience que nous ne sommes pas laissés seuls, à la merci des événements et des adversités, qu'ils soient tristes ou heureux. Tout ce début d’année est bénédiction de Dieu selon ses propres mots. Jésus et notre vie. Jésus signifie « le Seigneur sauve », et nous sommes appelés à vivre chaque jour, en confessant et invoquant son nom : nom qui incarne chaque cri qui monte du cœur de chaque homme et de chaque femme.

 

Saint Paul nous rappelle que Jésus est né « lorsque la plénitude des temps fut venue » (Galates 4, 4)… le temps comme Kairòs ! Ce n’est pas un temps qui est encore et toujours le même, mais c’est un temps qui court vers un but, vers la plénitude. Pour nous chrétiens, c'est la plénitude de l'histoire, où la miséricorde et l'amour de Dieu prennent corps, forme humaine, en Jésus, né de Marie. Dieu qui se laisse rencontrer, reconnaître et même crucifier. Jésus-Christ est la plénitude de ce temps !

 

« Né d'une femme », nous dit saint Paul. Cette femme, c'est Marie, la Vierge de Nazareth, regardée par Dieu avec un amour d’une accueillante prédilection. Marie qui accueille Jésus dans ses bras et le donne aux bergers pour qu'ils l'adorent. Toute l'année est placée sous sa protection afin que nous obtenions de son Fils Jésus la confiance, l'espérance et les grâces nécessaires. Laissons-nous accompagner par Marie qui « gardait toutes ces choses, les méditant dans son cœur » (Luc 2, 19). Pour trouver Dieu, il faut le chercher dans notre cœur, regarder à l'intérieur des choses, avec une attitude d'écoute et de méditation profonde.

 

Apprenons de Marie l'art de l'attente et de la protection, du silence et de la sagesse. Sa tendresse nous dit que cet enfant est un cadeau pour tout le monde et non seulement pour elle et saint Joseph. L'Esprit Saint qui crie fort nous aide à reconnaître la présence de Jésus dans le temps, à l'accueillir dans notre vie et à le donner à ceux que nous rencontrons sur notre chemin de vie, en particulier ceux qui souffrent. Le pape François nous l'a également rappelé lors de l'Angélus du 1er janvier 2022 : « Et en contemplant Marie déposant Jésus dans la mangeoire, le rendant disponible pour tous, nous nous rappelons que le monde change et que la vie de chacun ne s’améliore que si nous nous rendons disponibles pour les autres, sans attendre que ce soit eux qui commencent à le faire. Si nous devenons des artisans de la fraternité, nous pourrons retisser les liens d’un monde déchiré par les guerres et les violences »

Merveilleux conseiller, prince de la paix, faites connaître au monde entier une ère de justice, de charité et de paix.

 

Le 1er janvier 2013 Benoit XVI disait : « Voici, chers frères et sœurs, le fondement de notre paix : la certitude de contempler en Jésus Christ la splendeur du visage de Dieu Père, d’être fils dans le Fils, et d’avoir ainsi, sur le chemin de la vie, la même sécurité que l’enfant éprouve dans les bras d’un Père bon et tout puissant. La splendeur du visage du Seigneur sur nous, qui nous donne la paix est la manifestation de sa paternité ; le Seigneur tourne vers nous son visage, se montre Père et nous donne la paix. C’est là le principe de cette paix profonde – « la paix avec Dieu »   qui est liée indissolublement à la foi et à la grâce, comme écrit saint Paul aux chrétiens de Rome (cf. Rm 5, 2). Rien ne peut ôter aux croyants cette paix, pas même les difficultés et les souffrances de la vie. En effet, les souffrances, les épreuves et les obscurités n’érodent pas mais accroissent notre espérance, une espérance qui ne déçoit pas parce que « l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » (Rm 5, 5). »

 

Invoquons chaque jour le Prince de la Paix pour changer nos cœurs, renouveler les relations entre nous. Que le Seigneur Jésus nous aide et que Marie, Reine de la Paix, soit proche de nous.

 

 

« Esprit Saint, inspirez-moi;

Amour de Dieu consumez-moi;

Au vrai chemin conduisez-moi;

Marie ma Mère regardez-moi,

Avec Jésus, bénissez-moi;

De tout mal, de toute illusion,

De tout danger préservez-nous »

Sainte Marie de Jésus Crucifié


126 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page